« Un grand pouvoir entraîne de grandes responsabilités »

 

C’est ce qu’affirme Peter Parker, plus connu sous le nom de Spider-Man. Le point commun entre le héros bondissant et les jeunes organisateurs du grain à démoudre ?

Une volonté sans faille et un dynamisme inégalable !

En quinze éditions, des dizaines de jeunes se sont succédés dans les locaux de l’association pour entretenir et porter toujours plus haut cette belle idée d’un festival de cinéma porté par des jeunes, qui feraient découvrir aux adultes (entre autres) les vertus du partage et du dialogue. C’est grâce à cette volonté que le grain à démoudre a pu s’imposer aujourd’hui comme l’une des manifestations majeures de la région. On parle du grain à Gonfreville-l’Orcher, au Havre, dans toute la Normandie, en France et en Europe. Les ondes de Radio-Canada ont récemment loué l’originalité de ce festival unique. C’est ça, le vrai pouvoir ! Pouvoir affirmer son point de vue, ses passions, ses goûts, tout en les ouvrant toujours à la discussion et au monde. Cette volonté, c’est le (super) pouvoir de ces jeunes organisateurs qui livrent chaque année un événement de qualité qui n’en finit plus de séduire de plus en plus de spectateurs. Âges de 12 à 25 ans, la trentaine de jeunes cinéphiles doit toujours d’armer de plus de courage pour que le festival et toutes les actions d’une éducation à l’image sincère, généreuse et véritable puissent continuer d’exister. Menacée trop souvent dans ses fondations par des baisses d’aides et de subventions, l’association du grain à démoudre a le pouvoir de résister, soutenue malgré tout par quelques partenaires indéfectibles. À l’heure d’entamer cette nouvelle édition pleine de promesses, nous devons tous nous féliciter de pouvoir participer, en tant que spectateur ou membre de l’association, à ce merveilleux travail réalisé par les jeunes organisateurs et l’équipe de professionnels qui les oriente au quotidien.

 

Laurent Cuiller, président de l’association Du grain à démoudre

Edito des Jeunes organisateurs

S’il y a bien un thème que l’on retrouve dans la vie comme au cinéma, c’est le pouvoir. A la fois fascinant, symbole de toute-puissance, « la loi du plus fort », effrayant parfois, réservé à une élite…

Il en existe de toutes les sortes, de toutes les formes, de l’argent à l’amour en passant par les mots et les armes, et même les fleurs, comme le disait un célèbre chanteur français. Le pouvoir, c’est un nom commun, mais loin d’être anecdotique ! Pensez à tous ces héros modernes, réels ou purs produits de cinéma, qui avaient pour seule ambition de gouverner le monde. Qu’il s’arrache ou qu’il se transmette, le pouvoir nous définit dans la société, distribuant à chacun un rôle différent comme cela pourrait être au cinéma. Mais le pouvoir, c’est aussi un verbe, une action que chacun est libre de faire quand il en a l’occasion. Et cette occasion, nous, jeunes organisateurs, nous l’avons. Etre aux commandes d’un festival, c’est se lancer le défi de vous faire vivre de belles expériences cinématographiques. Nous avons travaillé tous ensemble (à plusieurs, nous sommes quand même plus forts) dans ce sens cette année, choisissant méticuleusement chaque film parmi une proposition extrêmement dense. Alors oui, nous avons utilisé notre superpouvoir pour vous faire voyager, rêver, pleurer, rire aux éclats… pour cette nouvelle édition nous allons plus que jamais nous jouer de vos émotions. Car il s’agit aussi d’un anniversaire.

Le Festival fête cette année ses 15 ans, un âge clé où l’on se sent plus fort, plus libre, où l’on cherche à trouver sa place, l’âge de la maturité, des découvertes !

Venez vous aussi découvrir, avant tout le monde, des œuvres inédites, et vous serez en connection avec le monde entier. Car sans vous, chers inconnus, fidèles du premier jour, amis, et invités, ce festival ne serait pas tout à fait le même.

Les jeunes organisateurs

Jingle du 15ème festival

Partager